La tête dans les nuages


La tête dans les nuages

Voler proche des nuages n'est pas à prendre à la légère, car les dangers sont bien réels.

Quel comportement doit-on adopter face aux nuages ?

Doit-on s'échapper ou continuer à voler ?

Il existe plusieurs cas de figure, selon le type de nuage, nos connaissances et notre technique.

Est-il dangereux, en sur-développement, y a-t-il de la visibilité,etc...

Un parapente vu au travers du nuage

Il est bien sûr interdit de voler trop proche et/ou dans les nuages.

Les dangers sont nombreux et variés, risque de collision avec un autre engin volant (parapente, deltaplane, planeur, avion...), pertes des repères visuels, etc... 


"Il est interdit de voler dans les nuages"

Avant d'aborder un nuage, il faut l'observer. Est-il en train de se former ou au contraire de se déliter ? 

Les nuages ont des cycles de développement qu'il est possible d'observer.

En vol, quand on enroule un thermique, il faut observer les nuages alentour. Un temps d'observation de dix à vingt minutes vous permet de voir leurs activités. Pour ce faire vous devez le regarder et faire une image mentale (sorte de photographie) et à chaque tour vous regardez quelle est son évolution.

Superbe vue d'un parapente qui traverse un nuage.

"Observez les cycles de vie des nuages"

Il faut toujours garder en tête qu'on a besoin de marges confortables pour ne pas se faire prendre.

La meilleure façon d'atteindre un nuage est de rester du côté au vent de façon à pouvoir s'échapper à tout moment si besoin. Cela n'empêchera pas de monter plus haut que la base du nuage.

Tant qu'il s'agit de cumulus pas trop développé  vous pouvez adapter votre comportement, par contre s'il se transforme en cumulonimbus il est temps d'atterrir.

Dans le cas où vous seriez déjà dans le nuage, car vous n'avez pas assuré suffisamment de marges, il faut faire les grandes oreilles couplées à l'accélérateur, les 360 sont inefficaces si vous êtes dans une zone ascendante. En cas de vol sans instrument, il est très difficile de se repérer dans le nuage, car nous n'avons plus aucun repère visuel, alors essayez de garder le cap en espérant sortir du bon côté du nuage (grosse frayeur assurée).

Si vous avez une boussole où des instruments avant d'entrer dans le nuage, regardez la direction dans laquelle vous devez vous échapper, privilégié un placement au vent du nuage s'il n'y a pas de reliefs.


" Gardez des marges confortables par rapport aux nuages"

un parapente avec aucune visibilité dans un nuage

Voilà un exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire. Sans instrument, il est compliqué de se diriger pour retrouver la sortie.

De plus dans cette situation le risque de collision avec un autre engin, voire avec  le relief est très élevé.


"Le risque de collision dans un nuage est élevé"

Pour mieux comprendre les cycles des nuages, profitez des moments où ça ne vole pas pour les observer, c'est plus simple que pendant un vol.

Essayez de comprendre à quelle hauteur sont leurs bases ?

Combien de temps prend leurs développements ?

Quelles sont leurs durées de vie ?

"Bref, observer les nuages quand ça ne vole pas"

Vous pouvez ajouter vos remarques dans les commentaires en bas de cette page.

Pour finir. Cet article est le fruit de plus de 2000 heures de vol dans des conditions variées et beaucoup d'heures à flirter avec les nuages. En aucun cas, il ne faut banaliser le vol dans les nuages, car d'un nuage à l'autre les différences sont énormes. 

"PRENEZ DES MARGES"

Mickaël Alfaya


Découvrir aussi !


Pour rester informés des actualités de "tout le parapente.fr", abonnés vous à la page "Facebook" ci-dessous.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Si vous avez besoin d'aide sur le site, proposez des idées d'améliorations ou toutes autres questions, n'hésitez pas !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

- Partagez vos conseils

- Déclarez un événement

- Partagez un récit de voyage

- Proposez une nouvelle rubrique

- Signalez un lien cassé ou manquant

- Partagez une idée